COE >  Accueil > Nouvelles-Médias > Articles > Tout est prêt pour la première Conférence mondiale sur la mission et l'évangélisation du 21e siècle Eng|Deu|Fra|Esp|Gre



Nouvelles-Médias  Articles
 Nouvelles
 Flashes
 Conference newspaper
 Photos
 La conférence dans les médias

Tout est prêt pour la première Conférence mondiale sur la mission et l'évangélisation du 21e siècle



Une croix arrivera sur la plage par bateau

Par Juan Michel (*)

Le 10 mai au matin, amenée depuis Jérusalem par bateau, une grande croix de bois arrivera sur la plage du centre de loisirs Agios Andreas, dans les environs d'Athènes, marquant ainsi l'ouverture de la première Conférence mondiale sur la mission et l'évangélisation du 21e siècle.

Au son des tambours africains, près de 500 participants officiels et plus d'une centaine de représentants locaux, d'invités et de membres se retrouveront sur la plage pour accueillir cette croix et pour prier ensemble à l'ouverture d'un rassemblement dont la vie spirituelle et liturgique devrait être particulièrement riche.

Cette croix, haute de 4 mètres, fut réalisée en bois d'olivier par un artisan de Jérusalem. Venant du Moyen-Orient et accueillie par des représentants des autres régions du monde, elle se veut un symbole de réconciliation et de guérison, mais aussi une expression de la solidarité des Eglises avec les chrétiens du Moyen-Orient.

Large participation et discussions en profondeur

Convoquée par le Conseil Oecuménique des Eglises (COE), la conférence se concentrera sur le thème "Viens, Esprit Saint, guéris et réconcilie" et le sous-thème "Appelés en Christ à être des communautés de guérison et de réconciliation". Ayant lieu à l'aube du 21e siècle, elle offrira à des chrétiens venus de tous les continents et représentant les plus grandes familles confessionnelles l'occasion de se communiquer leurs expériences et de réfléchir sur les priorités à donner à la mission et à l'avenir du témoignage chrétien.

"Dans notre univers mondialisé et fragmenté, marqué par les divisions et les conflits, le message évangélique de guérison et de réconciliation est vital", déclare Ruth Bottoms, pasteure baptiste du Royaume-Uni qui présidera la conférence.

Chaque jour, des séances plénières seront consacrées aux multiples dimensions de ce message et porteront spécifiquement sur les éléments essentiels de son thème et de son sous-thème: la réconciliation, la guérison, l'Esprit Saint et la communauté chrétienne. En outre, comme cette conférence tombe à mi-parcours de la Décennie "vaincre la violence" (2001-2010), l'une de ces séances plénières sera consacrée aux relations complexes entre la mission et la violence.

En dehors des séances plénières, qui seront pour la toute première fois diffusées en direct via l'Internet, les participants auront l'occasion de discuter en profondeur, lors d'environ 70 ateliers, d'une multitude de questions qui vont des multiples dimensions des expériences de guérison à la mission dans des situations de guerre et de conflit; du rôle des femmes dans la mission aux relations entre la guérison, le salut et la conversion; du problème spécifique de la mission auprès des personnes vivant avec le VIH/sida à la manière dont les populations autochtones envisagent la réconciliation et la guérison.

Au programme des ateliers, on trouvera aussi des études de cas spécifiques: par exemple le processus de réconciliation au Rwanda, des expériences de mission oecuménique en Allemagne ou encore le témoignage chrétien en Chine. Dans certains de ces ateliers, on discutera également du problème de l'accompagnement des personnes dans des situations particulières telles que les maladies en phase terminale ou la violence, collective et individuelle.

Une rencontre de jeunes de cinq jours précédera la conférence et rassemblera les délégués de jeunesse, soit environ un dixième des participants, ainsi que les jeunes présents à la conférence comme stewards. Cette rencontre leur permettra d'échanger leurs expériences en matière d'apprentissage oecuménique et de visiter des projets des Eglises locales.

Avec près d'un quart de participants représentant les traditions évangéliques et pentecôtistes ainsi que l'Eglise catholique romaine, l'éventail confessionnel de cette conférence dépassera largement celui des membres du Conseil Oecuménique des Eglises, organisateur de cette conférence. Celle-ci sera aussi la plus représentative du monde chrétien dans la longue série des conférences mondiales sur la mission qui a commencé à Edimbourg (Ecosse) en 1910.

Cette diversité sans précédent offrira de nombreuses possibilités aux participants. Selon Georges Lemopoulos, secrétaire général adjoint du COE, au cas où une nouvelle convergence deviendrait possible et où de nouveaux élans seraient donnés au témoignage commun, il se pourrait bien que la Conférence mondiale d'Athènes soit "un nouveau tournant dans l'histoire tant du mouvement missionnaire que du mouvement oecuménique".

Une première

Cette conférence sera particulièrement riche sur le plan liturgique et spirituel. Chaque matin, réunis dans de petits groupes foyers oecuméniques et multiculturels, les participants commenceront la journée par une méditation sur des textes bibliques, dans la tradition de la lectio divina. Ce premier temps sera suivi d'une prière en commun ouverte à tous. Les groupes foyers se retrouveront une fois encore dans la soirée pour s'informer mutuellement de ce qu'ils auront fait et entendu et pour préparer la journée suivante.

Cinq services de guérison seront organisés, chacun selon le rite d'une tradition confessionnelle différente. Une chapelle sera ouverte presque en permanence, où l'on pourra prier individuellement ou en groupe. Une équipe de conseillers sera disponible en tout temps pour la pastorale et l'orientation spirituelle. Le dernier jour, les participants assisteront à des cérémonies liturgiques dans les paroisses locales.

Cette conférence sera la première de son genre à se tenir dans un pays où les chrétiens appartiennent en majorité à la tradition orthodoxe. L'invitation à organiser cette conférence en Grèce a été envoyée par l'Eglise de Grèce, dont le chef, l'archevêque Christodoulos, a affirmé qu'il s'agit "d'un événement historique tant pour la participation orthodoxe au mouvement oecuménique que pour le mouvement missionnaire".

L'un des premiers fruits oecuméniques de cette conférence au niveau local a été la création d'un comité d'accueil dans lequel les représentants de l'Eglise de Grèce côtoient les représentants de quatre autres Eglises: l'Eglise catholique romaine, l'Eglise évangélique grecque, l'Eglise évangélique arménienne et l'Eglise apostolique arménienne.

Dans l'après-midi du samedi 15 mai, la croix de bois dont l'arrivée aura marqué l'ouverture de la conférence mènera en procession les participants et des membres de paroisses grecques jusqu'à l'Aréopage, sur la colline de Mars.

Là, à l'endroit même où l'apôtre Paul a prêché aux Athéniens il y a près de deux mille ans, une cérémonie liturgique en plein air conclura la conférence, les participants étant envoyés dans le monde entier pour exécuter le commandement de Jésus: proclamer la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu en témoignage à toutes les nations.

(*) Juan Michel est le responsable des relations avec les médias du COE.

--------
Les opinions exprimées dans les reportages publiés par le COE ne reflètent pas nécessairement la politique du COE. Ce texte peut être reproduit gratuitement, en indiquant le nom de l'auteur.