COE >  Accueil > Ressources > Etudes bibliques: le livre Eng|Deu|Fra|Esp|Gre



Ressources  Documents
 Etudes bibliques: le livre
 Daily Bible studies
 Chant du thème de la conférence
 Statements on Mission 1980-2005
 Bibliographie
 Télécharger

2 Corinthiens 5,11-21

Moon-Geoung Kim

Connaissant donc la crainte du Seigneur, nous cherchons à convaincre les hommes, et, devant Dieu, nous sommes pleinement à découvert. J'espère aussi pleinement à découvert dans vos consciences. Nous ne nous recommandons pas à nouveau auprès de vous, mais nous voulons vous fournir l'occasion d'être fiers de nous afin que vous ayez de quoi répondre à ceux dont les motifs de fierté sont tout de façade et non de fond. Si nous avons été hors de sens, c'était pour Dieu : si nous sommes sensés, c'est pour vous. L'amour du Christ nous étreint, à cette pensée qu'un seul est mort pour tous et donc que tous sont morts. Et il est mort pour tous afin que les vivants ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux. Aussi, désormais, ne connaissons-nous plus personne à la manière humaine. Si nous avons connu le Christ à la manière humaine, maintenant nous ne le connaissons plus ainsi. Aussi, si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Le monde ancien est passé, voici qu'une réalité nouvelle est là. Tout vient de lui, qui nous a réconciliés avec lui par le Christ et nous a confié le ministère de la réconciliation. Car de toutes façons, c'était Dieu qui en Christ réconciliait le monde avec lui-même, ne mettant pas leurs fautes au compte des hommes, et mettant en nous les paroles de réconciliation. C'est au nom du Christ que nous sommes en ambassade et, par nous, c'est Dieu lui-même qui, en fait, vous adresse un appel. Au nom du Christ, nous vous en supplions, laissez-vous réconcilier avec Dieu. Celui qui n'avait pas connu le péché, il l'a, pour nous, identifié au péché, afin que, par lui, nous devenions justice de Dieu.

Interprétation du texte

Dans ce texte de 2 Co 5,11-21, il est question du ministère de réconciliation avec Dieu qui se réalise en Jésus Christ : c'est l'espérance que proclament les chrétiens. On peut diviser ce texte en trois parties : 1) vv. 11-13 : le ministère de Paul ; 2) vv. 14-17 : l'amour du Christ, sur lequel se fonde le ministère de l'apôtre ; et 3) vv. 18-21 : le ministère des chrétiens.

1. Versets 11-13 

: Le ministère apostolique de Paul est déterminé par la connaissance qu'il a du Seigneur. C'est uniquement la crainte du Seigneur qui pousse Paul, en sa qualité de témoin, à s'adresser aux hommes pour les convaincre de Dieu et les gagner à lui ; il ne le fait pas pour lui-même (v. 11). Paul engage la communauté de Corinthe à être fière de son apôtre et à se réclamer de lui avec conviction vis-à-vis de ceux qui, dans les communautés de Corinthe, agissent contre Paul (v. 12). Dans tout ce qu'il entreprend, Paul n'agit que pour Dieu. C'est en ce sens qu'il pense et qu'il oeuvre pour l'édification de la communauté. Amour de Dieu et sollicitude pour la communauté - tels sont les deux pôles autour desquels tourne le ministère de l'apôtre (v. 13).

2. Versets 14-17

Ce qui, toujours, pousse l'apôtre Paul et les chrétiens, c'est l'amour du Christ, qui se révèle dans sa passion et sa mort vicaires (v. 14). La mort expiatoire de Jésus Christ ouvre la voie qui mène à la vie nouvelle et éternelle. Ceux qui croient ne vivent désormais plus pour eux-mêmes mais pour celui qui est mort et a été ressuscité pour eux. La force de la résurrection de Jésus Christ leur donne la nouvelle et véritable possibilité de vie (v. 15). L'acte d'amour accompli par Christ sur la croix permet à Paul de dépasser la connaissance « charnelle » du Christ. La rencontre avec le Christ mène à un mode de connaissance « spirituel ». La personne qui vit pour le Christ voit dans chaque personne, avec les yeux de Jésus Christ, quelqu'un que Jésus a aimé et sauvé, pour qui il est mort (v. 16). Dans la mort de Jésus Christ, ce qui est ancien est passé. Une vie nouvelle est née avec sa résurrection. Lorsque le chrétien ne vit plus pour lui-même mais pour le Christ et pour le prochain - pour ses frères et ses soeurs -, alors il y a réellement vie nouvelle. L'attente eschatologique d'une nouvelle création se réalise désormais en Jésus Christ.

3. Versets 18-21

A cause du péché - « vouloir être comme Dieu » -, les hommes et le monde vivent en inimitié avec Dieu. Et cette inimitié ne peut être dépassée qu'« à partir de Dieu ». L'oeuvre de réconciliation de Dieu s'est accomplie dans la passion et la résurrection de son Fils Jésus Christ. La réconciliation instaurée doit être proclamée comme l'espérance vivante des êtres humains et du monde. Par Jésus Christ, Dieu lui-même a exercé à notre intention le ministère de réconciliation (v. 18). En Jésus Christ, Dieu lui-même a réconcilié le monde avec lui. L'apôtre et les chrétiens de tous les temps ont mandat de continuer à proclamer ce message de réconciliation (v. 19). Dieu communique ce message de réconciliation en Christ par l'intermédiaire de celui qui le proclame. C'est pour le Christ que l'apôtre et les chrétiens exercent ce ministère de messager de l'action réconciliatrice de Dieu. C'est pour le Christ qu'ils demandent aux autres de se réconcilier avec Dieu (v. 20). Jésus Christ souffre la mort pour nous, à cause de nos péchés, pour nous appeler - nous qui sommes morts dans le péché - à la « vie du Christ ». C'est ainsi que Dieu nous justifie en Jésus Christ. Il devient notre péché, et nous ne trouverons la justice de Dieu qu'en Jésus Christ. Lorsque les chrétiens se laissent saisir par cette réconciliation de Dieu, alors ils vivent justifiés (v. 21).

Indications pour l'étude biblique

Tous les participants devront lire le texte et y réfléchir. Pour l'application concrète du message du texte, la personne qui dirige la réflexion peut poser aux participants les cinq questions présentées ci-après. On pourra se servir en outre des compléments aux questions pour faciliter la réflexion. Tous les participants échangeront leurs réflexions et leurs expériences. A la fin de ce travail, tous les participants prieront ensemble au nom l'Esprit Saint.

Questions à propos de l'étude biblique

1. Quel est l'objet de mon ministère dans la communauté ? (vv. 11-13)

est-il au service de Dieu ou de moi-même (vv. 11, 13) ?
sert-il ma certitude intérieure ou l'apparence extérieure (v. 12) ?

2. De quelle manière est-ce que je connais Jésus Christ, moi-même et les autres ? (vv. 14-17)

selon « la chair » ou selon « l'esprit » (v. 16) ?

3. Comment la « réconciliation » se réalise-t-elle, et quel est son sens biblique ? (vv. 18-21)

quelle est la personne qui agit (vv. 18-19) ?
quel est le fondement de la réconciliation (v. 21) ?
pourquoi a-t-on besoin de cette réconciliation (v. 21) ?

4. Avec qui dois-je me réconcilier, et comment ? (vv. 18-21)

avec Dieu en Jésus Christ ?
avec moi-même ?
avec les autres (concrètement) et avec le monde ?

5. Quel doit être mon ministère ? (vv. 18-21)

à quoi suis-je appelé ?
à proclamer la réconciliation de Dieu en Jésus Christ (vv. 20-21) ?