Conférence sur la mission et l'évangélisation


Accueil > Ressources > Etudes bibliques: le livre

Ephésiens 1-3

La réconciliation et la guérison dans un monde d'exclusion et de violence

A.C. Oomen

Etudions ce que dit Paul dans sa lettre à l'Eglise d'Ephèse

1. Le plan de Dieu pour le monde : Ephésiens, chapitre 1

Paul, apôtre de Jésus Christ par la volonté de Dieu, aux saints et fidèles en Jésus Christ: à vous grâce et paix de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ. Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ: Il nous a bénis de toute bénédiction spirituelle dans les cieux en Christ. Il nous a choisis en lui avant la fondation du monde pour que nous soyons saints et irréprochables sous son regard, dans l'amour. Il nous a prédestinés à être pour lui des fils adoptifs par Jésus Christ; ainsi l'a voulu sa bienveillance à la louange de sa gloire et de la grâce dont il nous a comblés en son Bien-aimé: En lui, par son sang, nous sommes délivrés, en lui, nos fautes sont pardonnées, selon la richesse de sa grâce. Dieu nous l'a prodiguée, nous ouvrant à toute sagesse et intelligence. Il nous a fait connaître le mystère de sa volonté, le dessein bienveillant qu'il a d'avance arrêté en lui-même pour mener les temps à leur accomplissement: réunir l'univers entier sous un seul chef, le Christ, ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre. En lui aussi, nous avons reçu notre part, suivant le projet de celui qui mène tout au gré de sa volonté: nous avons été prédestinés pour être à la louange de sa gloire ceux qui ont d'avance espéré dans le Christ. En lui, encore, vous avez entendu la parole de vérité, l'Evangile qui vous sauve. En lui, encore, vous avez cru, et vous avez été marqués du sceau de l'Esprit promis, l'Esprit Saint, acompte de notre héritage jusqu'à la délivrance finale où nous en prendrons possession, à la louange de sa gloire. Voilà pourquoi, moi aussi, depuis que j'ai appris votre foi dans le Seigneur Jésus et votre amour pour tous les saints, je ne cesse de rendre grâce à votre sujet, lorsque je fais mention de vous dans mes prières. Que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père à qui appartient la gloire, vous donne un esprit de sagesse qui vous le révèle et vous le fasse vraiment connaître; qu'il ouvre votre coeur à sa lumière, pour que vous sachiez quelle espérance vous donne son appel, quelle est la richesse de sa gloire, de l'héritage qu'il vous fait partager avec les saints, quelle immense puissance il a déployée en notre faveur à nous les croyants; son énergie, sa force toute-puissante, il les a mises en oeuvre dans le Christ, lorsqu'il l'a ressuscité des morts et fait asseoir à sa droite dans les cieux, bien au-dessus de toute Autorité, Pouvoir, Puissance, Souveraineté et de tout autre nom qui puisse être nommé, non seulement dans ce monde, mais encore dans le monde à venir. Oui, il a tout mis sous ses pieds et il l'a donné, au sommet de tout, pour tête à l'Eglise qui est son corps, la plénitude de Celui que Dieu remplit lui-même totalement.

Le dessein de Dieu

Paul communique deux bonnes nouvelles essentielles ; il a déjà exposé la première, en des termes très prudents, dans son épître aux Romains : la justification par la foi. Quant à la seconde, cette lettre aux Ephésiens nous fait découvrir la conception qu'a Paul du plan de Dieu pour le salut universel : réunir toutes choses en Christ. Dans le premier chapitre de cette épître, Paul expose le dessein de Dieu.

  1. Dieu avait déjà prévu ce plan lorsqu'il a posé les fondements de la création ; ce plan restait secret, il demeurait un mystère, même pour les anges. Lorsque la plénitude des temps fut venue, Dieu l'a révélé.
  2. Le dessein de Dieu est révélé en Jésus Christ : il s'agit que, en lui et par lui, toute la création soit réconciliée et amenée à l'unité et à l'harmonie. En ce sens, la vie, l'oeuvre, l'enseignement, la mort et la résurrection de Jésus - tout cela ne constitue pas un événement isolé, à une date particulière de l'histoire ; c'est un événement qui a une portée universelle, qui forme le centre, le point focal de l'action de Dieu en ce monde.
  3. La grandeur du plan de Dieu tient à ce qu'il englobe toute créature, en particulier les chrétiens d'Ephèse et d'autres Eglises à qui cette lettre est adressée. Tous les croyants sont réconciliés en un seul corps, en même temps qu'ils sont des instruments de réconciliation. Cela explique l'identité et la mission du corps du Christ.

Thèmes de réflexion :

  1. Paul commence par l'universel avant d'en venir au particulier. Il présente d'abord l'image globale, comme on le fait pour un puzzle, puis il insère les différentes pièces dans l'ensemble. Ce qui est vrai pour le tout, il est possible de le démontrer pour le particulier.
  2. Jésus Christ est à la fois l'image et le centre de tout le tableau. Il est à la fois mystère de Dieu et salut des hommes et des femmes. En lui se rejoint tout l'univers et, avec lui à sa tête, l'univers offre un sacrifice éternel au Père.
  3. Les êtres humains sont définis en fonction de ce sens et de ce dessein plus grands. En Jésus Christ, l'humanité est restaurée et rendue au dessein pour lequel Dieu a créé l'homme et la femme. Il s'agit là d'une guérison, d'un « salut » (en grec : « sôthèria »).

Versets clés :

1. v. 9 : Mystère de son plan - un secret qui est maintenant révélé.

2. v. 10 : Rassembler toutes choses en Christ - EN CHRIST - demeurer - habiter en Christ.

3. vv. 13-14 : Le Saint Esprit - il nous marque de son sceau - c'est le premier acompte, les arrhes (grec : « arrhabôn ») - sécurité/sûreté.

4. v. 18 : « pour que vous sachiez » - connaître par expérience au plus profond de son être - raison et révélation.

5. vv. 22-23 : L'Eglise - corps du Christ - qui emplit toutes choses.

Questions pour la discussion :

  1. Comment se fait-il que, bien souvent, nous ne reconnaissions pas les signes qui nous montrent que Dieu rassemble toutes choses en Jésus Christ ? Se pourrait-il que nos yeux intérieurs ne soient pas encore ouverts ?
  2. L'Eglise - la plénitude de celui qui emplit tout en tout. Où est-elle ? Où y a-t-il conflit entre la structure de l'Eglise et ce qu'elle est en essence ?
  3. Si tel est le dessein, le plan de Dieu, comment notre exclusivisme l'affecte-t-il ? Sommes-nous capables de dire qu'en excluant d'autres gens nous commettons un péché, quelque chose qui tend à détruire le plan de Dieu ?

Prière :

Gloire et honneur à l'Eternel siégeant sur son trône, pour Jésus Christ en qui, avec l'univers tout entier, nous avons hérité de notre participation au mouvement qui tend vers l'unification de toutes choses - entends la prière et la louange que nous t'adressons en son nom. Amen.

2. Le drame de l'humanité : Ephésiens, chapitre 2

Et vous, qui étiez morts à cause de vos fautes et des péchés où vous étiez autrefois engagés, quand vous suiviez le dieu de ce monde, le prince qui s'interpose entre ciel et terre, l'esprit qui agit maintenant parmi les rebelles Nous étions de ce nombre, nous tous aussi, qui nous abandonnions jadis aux désirs de notre chair; nous faisions ses volontés, suivions ses impulsions, et nous étions par nature, tout comme les autres, voués à la colère. Mais Dieu est riche en miséricorde; à cause du grand amour dont il nous a aimés, alors que nous étions morts à cause de nos fautes, il nous a donné la vie avec le Christ, c'est par grâce que vous êtes sauvés! avec lui, il nous a ressuscités et fait asseoir dans les cieux, en Jésus Christ. Ainsi, par sa bonté pour nous en Jésus Christ, il a voulu montrer dans les siècles à venir l'incomparable richesse de sa grâce. C'est par la grâce, en effet, que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi; vous n'y êtes pour rien, c'est le don de Dieu. Cela ne vient pas des oeuvres, afin que nul n'en tire orgueil. Car c'est lui qui nous a faits; nous avons été créés en Jésus Christ pour les oeuvres bonnes, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous nous y engagions. Souvenez-vous donc qu'autrefois, vous qui portiez le signe du paganisme dans votre chair, vous que traitaient d'«incirconcis» ceux qui se prétendent les «circoncis», à la suite d'une opération pratiquée dans la chair, souvenez-vous qu'en ce temps-là, vous étiez sans Messie, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde. Mais maintenant, en Jésus Christ, vous qui jadis étiez loin, vous avez été rendus proches par le sang du Christ. C'est lui, en effet, qui est notre paix: de ce qui était divisé, il a fait une unité. Dans sa chair, il a détruit le mur de séparation: la haine. Il a aboli la loi et ses commandements avec leurs observances. Il a voulu ainsi, à partir du Juif et du païen, créer en lui un seul homme nouveau, en établissant la paix, et les réconcilier avec Dieu tous les deux en un seul corps, au moyen de la croix; là, il a tué la haine. Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient proches. Et c'est grâce à lui que les uns et les autres, dans un seul Esprit, nous avons l'accès auprès du Père. Ainsi, vous n'êtes plus des étrangers, ni des émigrés; vous êtes concitoyens des saints, vous êtes de la famille de Dieu. Vous avez été intégrés dans la construction qui a pour fondation les apôtres et les prophètes, et Jésus Christ lui-même comme pierre maîtresse. C'est en lui que toute construction s'ajuste et s'élève pour former un temple saint dans le Seigneur. C'est en lui que, vous aussi, vous êtes ensemble intégrés à la construction pour devenir une demeure de Dieu par l'Esprit.

Paul parle sans ambages de la condition dans laquelle se trouve le monde. Ce que tu étais avant la chute, humanité créée, est en contradiction flagrante avec ce que tu es maintenant. Nous aurons beau essayer de rationaliser, d'interpréter et d'excuser la chute de la race humaine en faisant appel à des explications culturelles et ethniques, rien n'abolira les profondeurs auxquelles nous sommes tombés. Admettre cela, c'est le premier pas pour avoir un coeur brisé et broyé et pour recevoir, au pied de la croix, un mode de vie nouveau et radicalement différent. Le tableau que Paul présente est celui des individus mais aussi celui de la collectivité : chacun de nous, en personne, et tous ensemble, en communauté. Considérons les termes qu'il emploie : « morts à cause de vos fautes et des péchés […] vous suiviez le dieu de ce monde, le prince qui règne entre ciel et terre ; [… les] désirs de notre chair ; […] voués à la colère » - ces mots sont graves et pénétrants.

Pour grande qu'ait été notre chute, l'amour de Dieu est aussi grand. Dieu nous accorde gratuitement la rédemption. Tout cela démontre le plan de Dieu pour la réconciliation universelle. Pour réaliser la réunion de tous, Dieu a choisi d'abord de créer une humanité nouvelle et, ensuite, de détruire tous les murs de séparation qui nous divisent. La croix est le fondement de cette unité. C'est à la croix du Christ que nous nous approchons de Dieu le Père, par l'Esprit Saint. Ce processus de réconciliation se poursuit aujourd'hui encore.

Quelques versets importants

1. Réalité de l'ancienne nature - du vieux monde - vv. 1-3 - et sa transformation - vv. 4-7.

2. vv. 8-10 : Brève synthèse de l'expérience du salut.

3. vv. 13-14 : En Christ - c'est le coeur de la théologie de Paul : la paix, détruire les murs de séparation dans la mesure où cela a déjà été réalisé en Christ.

4. vv. 19-22 : Le secret pour croître en le corps du Christ : « Devenez ce que vous êtes ! ».

Thèmes de réflexion :

  1. Si nous décidons librement de faire l'expérience personnelle du pardon, il nous faut affirmer que le PECHE est réel et grave, qu'il divise l'être intime des personnes et des communautés. Vouloir appeler le péché d'un autre nom, plus anodin, c'est simplement nous tromper nous-mêmes.
  2. L'amour de Dieu est bien plus grand que tout le sens que nous pouvons avoir de notre indignité. Et c'est pourquoi la justification se fait par le moyen de la foi et non pas par les oeuvres. Nous sommes des enfants de la grâce.
  3. Les personnes et la société sont créées pour les oeuvres bonnes, dont Dieu a déjà dressé les plans. Si nous nous soumettons aux plans de Dieu, l'unité et la réconciliation sont certaines. Et nous aurons la joie de savoir que notre vie a de l'importance et qu'elle est sacrée, en tant qu'elle est un instrument dans les mains de Dieu.

Questions :

  1. Dans notre monde actuel, dans nos personnes et nos familles, sommes-nous capables de remonter à la source réelle du mal, à savoir notre aliénation par rapport à Dieu, et de reconnaître que c'est là un péché que seul peut racheter le sang versé par le Christ sur la croix au Calvaire ?
  2. Bien souvent, de nos jours, on évalue la dignité d'un être humain en termes monétaires ou en fonction de son influence, de sa position dans la société, etc. Sommes-nous capables d'admettre et de proclamer l'erreur que nous faisons lorsque nous jugeons en fonction de tels critères, en affirmant clairement que notre valeur tient à ce que le Tout-Puissant nous réconcilie avec Dieu et les uns avec les autres et qu'il nous assigne un rôle dans la réconciliation du monde avec Dieu ?
  3. La « famille de Dieu » - N'est-ce pas là ce que l'Eglise est appelée à être ? Le fondement en est historique : c'est la pierre angulaire, Jésus Christ. La demeure de cette famille est une construction bien ajustée, qui s'élève pour former un temple saint dans le Seigneur. Cela décrit-il l'Eglise que nous connaissons ? Sinon, il faudrait vérifier les points sur lesquels nous nous sommes trompés.

Prière :

Nous te louons, Seigneur, du plus profond de notre être, pour ton amour infini, que tu nous as manifesté en nous purifiant et en faisant de nous ton saint temple, demeure de foi. Pardonne-nous les erreurs qui nous font tomber dans l'aveuglement et vivre dans nos infirmités. Guéris-nous, et édifie-nous par ta grâce, nous te le demandons par Jésus Christ notre Seigneur. Amen.

3. Ce que nous sommes donc appelés à faire : Ephésiens, chapitre 3

C'est pourquoi moi, Paul, le prisonnier de Jésus Christ pour vous, les païens si du moins vous avez appris la grâce que Dieu, pour réaliser son plan, m'a accordée à votre intention, comment, par révélation, j'ai eu connaissance du mystère, tel que je l'ai esquissé rapidement. Vous pouvez constater, en me lisant, quelle intelligence j'ai du mystère du Christ. Ce mystère, Dieu ne l'a pas fait connaître aux hommes des générations passées comme il vient de le révéler maintenant par l'Esprit à ses saints apôtres et prophètes: les païens sont admis au même héritage, membres du même corps, associés à la même promesse, en Jésus Christ, par le moyen de l'Evangile. J'en ai été fait ministre par le don de la grâce que Dieu m'a accordée en déployant sa puissance. Moi, qui suis le dernier des derniers de tous les saints, j'ai reçu cette grâce d'annoncer aux païens l'impénétrable richesse du Christ et de mettre en lumière comment Dieu réalise le mystère tenu caché depuis toujours en lui, le créateur de l'univers; ainsi désormais les Autorités et Pouvoirs, dans les cieux, connaissent, grâce à l'Eglise, la sagesse multiple de Dieu, selon le projet éternel qu'il a exécuté en Jésus Christ notre Seigneur, en qui nous avons, par la foi en lui, la liberté de nous approcher en toute confiance. Aussi, je vous le demande, ne vous laissez pas abattre par les détresses que j'endure pour vous: elles sont votre gloire. C'est pourquoi je fléchis les genoux devant le Père, de qui toute famille tient son nom, au ciel et sur la terre; qu'il daigne, selon la richesse de sa gloire, vous armer de puissance, par son Esprit, pour que se fortifie en vous l'homme intérieur, qu'il fasse habiter le Christ en vos coeurs par la foi; enracinés et fondés dans l'amour, vous aurez ainsi la force de comprendre, avec tous les saints, ce qu'est la largeur, la longueur, la hauteur, la profondeur et de connaître l'amour du Christ qui surpasse toute connaissance, afin que vous soyez comblés jusqu'à recevoir toute la plénitude de Dieu. A Celui qui peut, par sa puissance qui agit en nous, faire au-delà, infiniment au-delà de ce que nous pouvons demander et imaginer, à lui la gloire dans l'Eglise et en Jésus Christ, pour toutes les générations, aux siècles des siècles. Amen.

Paul évoque son propre rôle pour illustrer la manière dont les êtres humains participent au dessein de Dieu, en dépit du péché qui accable l'humanité. Ce rôle, Paul l'a joué à un moment décisif de l'histoire : grâce à lui, l'Eglise n'a plus été considérée comme une simple secte de la religion juive, elle s'est trouvée libérée. En sa qualité d'apôtre, il a parcouru le monde pour révéler la sagesse de Dieu. Ce faisant, en toute humilité, il a contribué à dévoiler le grand dessein de Dieu pour les générations à venir. Le plan de Dieu, c'est d'unir toutes choses en Christ, et tous ceux qui assument leur rôle dans l'Eglise, corps du Christ, découvrent cette intention. Il nous appelle à nous engager à fond, à être courageux et sans peur face aux frustrations et aux persécutions. Et maintenant, que pouvons-nous faire d'autre que de nous incliner en prière devant Dieu, Père de notre Seigneur Jésus Christ, et demander que Jésus vienne habiter en chacun de nous afin que, plus que toute autre chose, nous puissions apercevoir un reflet de son amour ?

Versets à noter :

1. vv. 8-9 : L'impénétrable richesse du Christ - un thème clé de la prédication de Paul.

2. v. 11 : La sagesse de Dieu - le projet de Dieu doit être communiqué à tous.

3. prière, vv. 14-19 : Renforcer l'homme intérieur.
Qu'il fasse habiter le Christ en vos coeurs par la foi -qui est guérison.
Prière 14-19 - connaître l'amour de Dieu.
Comblés jusqu'à recevoir toute la plénitude de Dieu.

Thèmes de réflexion :

  1. Dieu agit dans l'histoire pour amener celle-ci à son point focal, afin qu'elle ait un sens, une raison d'être et une orientation. L'histoire est un dialogue entre Dieu et l'humanité - voilà comment il faudrait interpréter l'histoire.
  2. Pour comprendre ce projet sans égal de Dieu, il s'agit d'assumer sa place, avec les autres croyants, dans l'unité de son corps, l'Eglise. L'Eglise a pour rôle de révéler le plan de Dieu au monde par l'intermédiaire des croyants. C'est cela, la mission.
  3. En assumant ainsi chacun notre place avec la multitude de ceux qui sont appelés, nous faisons personnellement l'expérience de la présence du Christ demeurant en nous par l'Esprit Saint. C'est cela qui est guérison, santé et intégralité. La bonne santé physique y contribue, mais ce n'est pas la même chose que l'intégralité de la personne, qui est salut, découverte du sens profond et véritable de la vie.

Questions :

  1. Si la guérison est intégralité, il est nécessaire que l'Eglise proclame l'élimination de tous les murs de séparation : caste sociale, convictions religieuses, couleur ou culture. Serons-nous alors capables d'affirmer que toute division de ce genre que nous pourrons constater dans l'Eglise est un déni de la nature essentielle du corps du Christ et que de telles divisions sont donc des péchés ?
  2. Pour construire l'unité, par quoi allons-nous commencer : les personnes, la famille, l'Eglise, le monde ?
  3. Quelles mesures pratiques pouvons-nous prendre pour réaffirmer la nature holistique et unificatrice de notre mission, aux niveaux personnel et communautaire ?

Prière :

Demeure en nous, Seigneur, afin que nous puissions de plus en plus demeurer en toi et qu'ainsi, tout en connaissant l'intégralité en communauté avec les autres, nous puissions proclamer et manifester au monde l'unité et la réconciliation que tu nous as librement offertes, à nous et au reste de l'humanité ; détourne-nous des voies de la confrontation et de l'exclusion, et fais que nous soyons un en Jésus Christ, au nom de qui nous te prions. Amen.